Larve asiatique, fourmi et septem punctata.

La coccinelle asiatique Harmonia axyridis

Introduite frauduleusement en Belgique dans la lutte biologique,
Harmonia axyridis n'a pas de frontière, ni aucun prédateur.
Arrivée en France, elle met en danger les coccinelles indigènes (locales).
Au printemps 2011, pendant trois mois (environ 600 heures), j'ai observé,
dans mon potager bio, la coccinelle asiatique Harmonia axyridis
en concurrence avec la coccinelle locale à sept points (Coccinella Septempunctata)
sur les fèves envahies de pucerons.
Les images sont agrandies : les pucerons adultes mesurent environ 1 mm à
1,2 mm de longueur. Les larves des coccinelles locales et asiatiques, à leur
naissance, mesurent également environ 1,2 mm. Les pucerons, à leur naissance,
mesurent 0,2 mm. Les coccinelles femelles mesurent environ
8 mm et les mâles 5 mm.

Tois coccinelles asiatiques de couleurs différentes.

En novembre 2010, je vois, pour la première fois dans le potager bio,
une coccinelle asiatique Harmonia axyridis : un mâle (5 mm environ).
Je l'ai photographié juste avant qu'il ne disparaisse.
Biotop en dit beaucoup de bien (ils commercialisent des larves).
D'autres disent qu'elles vont faire disparaître les coccinelles locales
(ils ne vendent rien).

Sur l'image au-dessus, trois coccinelles asiatiques de couleurs différentes.
Je veux savoir si, en 2011, Harmonia axyridis est dans les parages pour pouvoir
l'observer dans le potager en compétition avec les coccinelles locales.

Début février, avec ma petite fille Zihya, nous commençons à semer les fèves,
un des premiers légumes à semer au potager. Les fèves sont presque toujours
attaquées par les pucerons qui, protégés par les fourmis, se multiplient très vite.
Les fourmis jouent le rôle du berger, elles exploitent les pucerons en échange de
protection. Dès les premiers beaux jours, je m'aperçois que les fèves commencent
à avoir des pucerons, les fourmis se promenant partout à la recherche des
prédateurs des pucerons (bloc d'images au-dessus). A l'aide d'un tuyau d'arrosage
au jet très fin, j'élimine les pucerons.
Sur deux rangs longs de quatre mètres, je laisse quelques pucerons et
fourmis pour voir si Harmonia axyridis est gentille ou redoutable.

Les fourmis s'occupent des pucerons.

Les fèves commencent à être envahies par les pucerons, les fourmis surveillent
et les protègent, en échange elles récoltent un miéla.
Les femelles pucerons aptères (sans ailes) commencent à se reproduire par
parthénogenèse*, donnant chacune naissance à plus d'une vingtaine de pucerons.
Sur une plante-hôte importante, plus de sept générations peuvent se succéder.
*parthénogenèse : naissances à partir d'ovules non fécondés.

Une coccinelle à sept points et deux perce-oreilles

Sur le bloc d'images au-dessus, une coccinelle à sept points et deux
perce-oreilles chassent les pucerons.
J'attendais l'arrivée de la coccinelle asiatique Harmonia axyridis, mais
ce sont deux coccinelles locales que j'aperçois sur les fèves en train de
s'accoupler (image ci-dessous) : Coccinella septempunctata.
Pendant l'accouplement, la femelle continue à manger des pucerons.

Accouplement,oeufs et larves de coccinelles locales.

Des œufs de coccinelles locales apparaissent un peu partout, sous et sur les
feuilles. A l'éclosion des œufs, des minuscules larves
(pas plus grandes que les pucerons) apparaissent et commencent très vite à manger
(des pucerons). (Image au-dessus)

Mue d'une larve et naissance d'une coccinelle locale.

(Image au-dessus : mue d'une larve locale - larve locale mangeant un
puceron - naissance d'une coccinelle locale)
Les larves voraces en pucerons vont très vite passer de 1 mm à 12 mm voire 15 mm.
Elles vont changer de peau, elles muent deux à trois fois.

Harmonia axyridis est là...

Accouplement, oeufs et larves de la coccinelle asiatique.

Elles sont là, sur les fèves remplies de pucerons : un mâle puis deux
femelles ; très vite les accouplements ont lieu. Un accouplement dure plus de
trois heures (ça laisse rêveur) ; dès que la femelle est satisfaite, le mâle
s'accouple à nouveau avec une autre femelle.
Des œufs d'Harmonia axyridis apparaissent un peu partout ; en deux semaines,
les larves des deux espèces sont nombreuses et avalent beaucoup de pucerons.
Les fèves sont envahies, à ce moment la nourriture est abondante.

Larve fixée à la plante pour devenir nymphe.

(Image au-dessus : mue d'une larve d'Harmonia axyridis - larve d'Harmonia
mangeant un puceron - larve d'Harmonia fixée pour se métamorphoser en nymphe).
Je ne vois plus les coccinelles locales, elles ont disparu en laissant beaucoup
de larves. Harmonia axyridis reste la seule sur les fèves qui sont toujours
remplies de pucerons. Quelques jours plus tard, des larves de la coccinelle
locale (septempunctata) apparaissent sur les feuilles des pommes de terre qui se
trouvent à côté des fèves et sur lesquelles il n'y a pas de pucerons.
Comment vont-elles se nourrir ?.

Métamorphose de la larve harmonia axyridis en nymphe.

Lorsque les larves sont prêtes pour la métamorphose, elles sécrètent une sorte
de colle et se fixent aux feuilles par leur queue. Elles restent collées pendant
quatre à cinq jours avant de se transformer en nymphes. Sur le bloc de trois
images au-dessus métamorphose d'une larve en nymphe.

Naissance d'une coccinelle asiatique.

La nymphe reste fixée pendant huit jours environ, avant de se transformer en
coccinelle adulte aux élytres de couleur jaune pâle (image au-dessus à gauche).
Une journée ou deux sont nécessaires pour acquérir ses vraies couleurs.
Pendant ces deux journées, les coccinelles sont très vulnérables. L'image du
milieu montre ses couleurs le deuxième jour. L'image de droite les couleurs de
ses élytres le troisième jour. A leur naissance, les coccinelles asiatiques et
les coccinelles locales ont les mêmes couleurs.
Adultes dès leur naissance, très rapidement elles commencent à s'accoupler.

Du côté des pucerons : sentant que les plantes-hôtes (les fèves) arrivent en
fin de cycle, les pucerons commencent à muter et les femelles aptères
(sans ailes) vont se développer, se préparer à acquérir des ailes et s'envoler.

Puceron en pleine mutation.

Bloc de quatre images au-dessus :
I - Une femelle sans ailes (aptère) se prépare pour la transformation.
II - La peau se sépare au niveau du cou et laisse apparaître le début d'un
nouveau corps gélatineux, de couleur grise. Lorsque cette peau sera
définitivement tombée, le puceron pourra s'envoler.
III - Des ailes blanches et opaques apparaissent, le corps a changé de couleur :
cette transformation dure plusieurs heures. L'ancienne peau est toujours
accrochée à son corps.
IV - Fin de la transformation : le corps est devenu complètement noir brillant,
les doubles paires d'ailes sont translucides, prêtes pour le premier vol.
L'ancienne peau reste encore accrochée et doit tomber avant que le puceron
puisse s'envoler.

Larve, nymphe et naissance d'une coccinelle à sept points.

Les premiers vols des pucerons finissent souvent sur les pommes de terre,
voilà comment les larves des coccinelles locales se nourrissent ; aucun puceron
ne leur échappe.

Une guêpe tue et dévore une larve de coccinelle locale.

Sur l'image au-dessus, une guêpe dévore une larve de la coccinelle locale.
Les guêpes évitent soigneusement Harmonia axyridis. Les pucerons diminuent à vue
d’œil, les œufs des deux espèces ont encore éclos. Trop de larves.

Coccinelles asiatiques.

Pendant un mois les naissances sont en continu ; tous les jours apparaissent
des nouvelles naissances d’harmonia axyridis.
Maintenant, pour trouver des pucerons, il faut chercher davantage. Les larves
d'Harmonia et locales sont toujours en mouvement, à la recherche de nourriture.

Une larve de coccinelle asiatique mange une larve de coccinelle locale.

Les larves d'Harmonia axyridis commencent à attaquer les larves des
coccinelles locales. L'attaque se fait par l'arrière ; si la larve locale est
fixée pour devenir nymphe, elle est mangée, sinon, elle s'en sort avec une
blessure. Les larves d'Harmonia axyridis sont voraces en pucerons, mais aussi en
larves de coccinelles locales.

Une larve d'harmonia axyridis s'attaque à une nymphe de coccinelle locale.

Les pucerons commencent à diminuer, les larves d'Harmonia axyridis commencent
à s'attaquer aux nymphes des coccinelles locales,
elles sont vidées de l'intérieur.

Larves asiatiques s'attaquent à une larve, une nymphe et une naissance de coccinelles locales.

Les larves d'Harmonia axyridis sont redoutables pour les espèces locales,
elles mangent leurs larves, elles mangent leurs nymphes mais elles mangent aussi
leurs naissances, rien ne leur échappe.
La redoutable Harmonia axyridis s'attaquera-t-elle aux légumes ?
Veni, vidi, vinci
(je suis venu, j'ai vu, j'ai vaincu).

Haut de page