Fleurs de légumes du potager bio.

Préparer le potager bio

Un potager bio en jardinage biodynamique

Dans une fleur de souci, deux petites guêpes endormies. Sur l'image deux petites guêpes endormies quelques secondes
par les odeurs des soucis, fleurs très appréciées des légumes.
Tous les produits chimiques sont exclus.
Il est important de ne pas tuer les insectes, ils sont tous
utiles. C'est la biodiversité qui apporte l'équilibre dans le
potager bio ; les indésirables trouvent leurs prédateurs.
En jardinage biodynamique, on ne tue pas les insectes, ils savourent tous le même nectar.

Les plantes aromatiques, thym, sarriette, ciboulette, origan etc., sont des plantes
condimentaires pour la cuisine mais, semées un peu partout, sont aussi des gardiennes
dans tous les potagers bio. Elles ne sont jamais attaquées.
Les œillets d'Inde protègent contre les attaques de l'Anguillule (nématode), petit ver fin
(invisible à l’œil nu) qui parasite les tissus des plantes et s'attaque aux racines.

Dans un champ, cultivé en monoculture (là où seules les plantes d'une même espèce
sont présentes), les insectes causent problème, d'où la nécessité de traiter, traiter
et encore encore encore traiter, c'est une lutte sans fin.
C'est tout le contraire d'un potager bio en jardinage biodynamique où les plantes sont
mélangées ; le mélange des odeurs déroutent certains insectes et attirent d'autres.

Avant l'intrusion des produits chimiques, les agriculteurs semaient, au pied de chaque
plant de maïs, un pied d'haricot à rames. Le maïs servait de tuteur à l'haricot à rames
et en échange le maïs profitait d'un apport en azote fourni par l'haricot qui, comme
toutes les légumineuses, a des bactéries à ses racines (azoto bacter) qui fixent l'azote
de l'air du sol et le rende assimilable par les plantes.
Cette association tient compte de l'Allélopathie des plantes (attirance ou répulsion).
Le potager bio, en jardinage biodynamique, est un milieu vivant où les plantes
communiquent entre elles, sensibles à l'attention que nous leur portons.

"...deux êtres appartenant, il est vrai, à deux espèces vivantes différentes
et entre lesquels une certaine communication va s'établir.
La plante va émettre des signaux que l'homme peut recevoir et interpréter.
Parmi ceux-ci, notons différentes manifestations physiques telles que des
feuilles sèches ou molles, vertes ou décolorées...

La "main verte" n'est autre qu'une combinaison entre des connaissances
théoriques acquises et des connaissances empiriques résultant de
l'expérience, le tout combiné avec un sens aigu de l'observation, de la
tendresse et beaucoup d'amour"
.

Les Langages secrets de la nature : Jean-Marie Pelt

La terre d'un potager bio ne doit jamais rester à nu, comme dans n'importe quelle
parcelle de terre non occupée par l'homme ; le sol est toujours occupé par la végétation.
Hacher l'engrais vert de chaque côté du rang de légumes, lorsqu'il atteint 0,25 cm de
haut et laisser comme mulche. L'espace libéré par l'engrais vert va être vite occupé par
l'envergure des plantes à légumes en cours de végétation.
Un potager bio, en jardinage biodynamique, utilise uniquement des engrais organiques
(végétaux et animaux), engrais verts, compost et fumier.
Pour une meilleure utilisation des différentes couches du sol, les associations et
rotations des cultures exploitent les affinités entre les plantes.

Deux fourches soudées. La terre du potager bio en jardinage biodynamique n'est jamais
retournée ; le motoculteur est remplacé par la
double bêche, ou la grelinette. Ces outils sont
très efficaces pour ameublir la terre.
Cette façon de travailler la terre ne détruit pas la vie
au sol ou des milliards d'individus vivent dans chaque
centimètre cube. Probablement on ne réussira jamais à
connaitre ce milieu.
Vers, insectes, bactéries, levures et champignons, tous
participent à la préparation de la nourriture pour les
plantes. Sans les galeries creusées par les insectes, l'eau
ainsi que l'air rentreraient difficilement dans le sol.
A partir de toutes matières organiques (engrais verts, compost, fumier et tous les
insectes et autres qui meurent au potager), aérobes et anaérobes fabriquent la nourriture
et la rendent soluble pour les plantes. En échange, ces micro-organismes profiteront à
leur tour des sécrétions émises par les racines.
Dans un potager bio en jardinage biodynamique, cette rhizosphère, racines et
micro-organismes, est respectée. Il est primordial d'enrichir le sol en humus.
Toute matière organique tombée en surface va être utilisée par les uns et les autres
pour devenir l'humus.
L'humus va nourrir les plantes lentement, selon leur capacité d'assimilation.

Dans la nature, ce cycle est naturel et s'équilibre tout le temps : tout va à la terre.
Dans nos potagers, c'est différent : la plus grande masse végétale est soustraite, c'est
nous qui en profitons. Des apports en compost et engrais verts sont nécessaires pour
remplacer les substances organiques prélevées à chaque culture.
Dans un milieu naturel (forêt), les végétaux (feuilles, branches etc.) tombent au sol
et sont décomposés par les micro-organismes. Pour compenser tout ce que nous prélevons
au potager (racines, fruits, légumes, feuilles etc.), un apport en fumier tous les deux
ou trois ans est nécessaire pour améliorer l'humus et reconstituer ainsi le
garde-à-manger pour les plantes (le fumier propre est l'engrais utilisé depuis le tout
début par les premiers agriculteurs, plus de 10.000 ans).

Pour enrichir l'humus, structurer en profondeur les couches du sol, limiter les
mauvaises herbes et les arrosages, maintenir en permanence une couverture de matières
organiques du genre : engrais verts, paille, déchets du potager bio, tonte de pelouse
(non traitée chimiquement) ou même du foin (sans graines).

Préparer le potager bio dès la fin de l'été.

Dès la fin de l'été (en fonction de la consistance du sol), passer le croc sur le futur
potager bio ou la double bêche ou encore la grelinette, sans retourner la terre
(voir plus bas : Préparer le sol à la double fourche avant de semer),
puis semer un engrais vert d'hiver.

Préparer le potager bio au début du printemps

Au début du printemps, hacher l'engrais vert, puis laisser sécher avant de l'incorporer
superficiellement à la griffe (compostage de surface). Des engrais verts au printemps,
pendant le cycle végétatif des légumes et des engrais verts d'hiver, c'est l'abondance de
fertilisants organiques biologiques gratuits et suffisants pour le potager bio.

Planche pour faire un potager bio en jardinage biodynamique

Planche pour élaborer un potager bio. Un potager, rond, carré, rectangulaire, de n'importe quelle
largeur ou longueur, cela n'a aucune importance.
Le principe des associations des plantes à légumes et
des rotations avec des engrais verts c'est le même
(Cette planche n'est qu'un exemple de potager bio).
Connaître les légumes que l'on veut semer, leur besoin
en espace, à quel moment semer, le pH
(cf. liste des légumes), quelles sont les meilleures
associations des légumes etc.
Lorsque tous ces paramètres sont déterminés, dessiner
le potager bio sur une feuille de papier.
Les espaces qui séparent deux rangs à légumes
(bord à bord) sont de 40cm, sauf pour les rangs de
passage où les espaces sont de 70cm
(rangs réservés aux ramassages des légumes).
Par exemple : Le potager bio démarre à une extrémité par un passage pour permettre le
ramassage du premier rang à légumes.

Planche du potager (image de gauche) : le premier rang, 20 cm de largeur
avec de l'engrais vert.
Le deuxième rang 1m50 de largeur pour les courgettes + basilic.
Le troisième rang, 40 cm de largeur avec de l'engrais vert etc..
Si l'on piétine trop la terre du potager par des passages trop fréquents,
le passage idéal est un bon moyen de limiter les dégâts.
Les espaces de 70 cm de largeur, laissés pour le ramassage des légumes, peuvent
paraître excessifs, mais au moment des cueillettes, ces espaces ne feront plus que
30 cm, les végétaux ayant pris de l'ampleur.
Le tassement du sol est très néfaste, pour éviter cela, des planches potagères pas trop
larges permettent de travailler de chaque côté du potager sans le piétiner.

On connaît les légumes que l'on veut semer (cf. Les semis), les bonnes associations
entre les plantes sont faites et le potager bio est tracé sur papier.
Rapporter et marquer au potager les emplacements des rangs
(engrais verts et rangs des légumes). Dès le début du printemps, les engrais verts
peuvent être semés de deux façons : Semer des engrais verts sur toute la surface du
potager bio. On passe un coup de griffe, un coup de râteau et on sème.
Semer des engrais verts de chaque côté des rangs à légumes. Il faut commencer par tracer
au potager les emplacements pour tous les rangs à légumes et repérer les rangs de
passage. S'il y avait en végétation un engrais vert d'hiver, il doit être haché puis
laissé deux à trois jours à sécher en surface, avant d'être incorporé comme
compostage de surface.

Semer l'engrais vert sur toute la surface.

Sur toute la surface du potager bio, semer le ou les engrais verts.
Tenir compte des bonnes associations des légumes. Par exemple : dans les rangs réservés
aux haricots, pois ou fèves (légumineuses) ne pas semer comme engrais vert à ces
emplacements une légumineuse, ni de la moutarde là où doivent venir les choux (crucifères).
Si l'on éprouve quelques difficultés à associer les engrais verts avec les légumes,
on peut semer partout de la phacélie, (Hydrophyllacée) ; elle n'appartient à aucune
famille de légumes et peut être semée partout. La phacélie est très mellifère
(les insectes seront abondants) ; la phacélie a une croissance rapide et améliore la
structure du sol par sa masse racinaire assez développée. Résiste jusqu'à - 10°.

Potager bio recouvert d'engrais verts. Huit jours avant de semer ou planter les
légumes, hacher l'engrais vert uniquement sur la largeur du rang du légume à semer.
Laisser sécher deux à trois jours puis faire un compostage de surface.
Huit à dix jours plus tard, préparer le rang à la double bêche, puis semer ou planter.

Semer l'engrais vert de chaque côté des rangs à légumes.
Tracer au potager les emplacements pour tous les rangs à légumes et les rangs de passage,
puis semer 40 cm d'engrais verts entre deux rangs à légumes et semer 70 cm d'engrais
verts dans les rangs de passage.

Avant le travail à la double bêche ou à la grelinette : si la terre est sèche, arroser
en fine pluie pendant 20 minutes environ, laisser reposer une heure ou plus, recommencer
l'arrosage pendant 20 minutes, laisser à nouveau reposer pendant une heure puis,
si nécessaire, arroser à nouveau 20 minutes.
L'outil (la double bêche ou la grelinette) doit pouvoir s'enfoncer sans effort et sans
coller ; cet outil est très efficace et demande peu d'effort physique.

La finalité du travail du sol du potager bio est...

d'ameublir la première couche de terre de surface sans la retourner d'une profondeur
maximale équivalente à la profondeur d'une bêche, soit entre 15 et 20 cm, pour faciliter
la circulation de l'eau et de l'air (une meilleure régulation de l'humidité à
l'intérieur). L'air qui s'est accumulé va réchauffer l'intérieur de la couche, un milieu
enrichi d'êtres vivants (micro-organismes) va se développer.
Une caractéristique de l'air est de chauffer 2500 à 3000 fois plus vite que l'eau.
Au démarrage du potager bio, les semis et petits plants vont arriver dans un milieu
favorable à leur développement.
Pour faire un potager bio sur une terre pauvre ou fatiguée, mélanger trois familles
d'engrais verts (légumineuses, crucifères et graminées) est conseillé.
De même, un potager traité chimiquement, que l'on désire transformer en potager bio, a
besoin pour être nettoyé d'un mélange de trois engrais verts pendant cinq ans minimum,
les légumes doivent être lavés et les engrais verts arrachés et brûlés.
Le sol garde des substances chimiques pendant quelques années et le fait d'arracher et
brûler les engrais verts permet un nettoyage plus rapide et plus propre.

Double fourche pour ameublir le sol du potager bio. Préparer le sol à la double bêche.
Épandre du compost sur le rang à travailler, puis
se placer à l'extrémité du rang. Enfoncer la fourche,
pousser un peu en avant, puis tirer en arrière, lorsque
l'on fait ces mouvements, on doit sentir la terre
s'ameublir. En reculant, déplacer l'outil par petites
tranches de 5 cm, répéter ces mouvements jusqu'à
la fin du rang.
Griffer en surface pour incorporer le compost, un coup
de râteau et le rang est prêt. Pour utiliser la fourche
bêche ou la grelinette efficacement et sans fatigue,
la terre doit être au préalable bien arrosée si nécessaire
(voir plus haut "Avant le travail à la bêche").
Pendant le cycle végétatif des légumes, l'engrais vert est
haché dès qu'il atteint 25cm de hauteur et laissé en place comme mulching.

Haut de page